Givisiez-Avenches par le Mont-Vully

  1. Un manoir du XIIIe siècle
  2. Villars-les-Moines et son château
  3. Morat la charmeuse
  4. Au sommet du Mont-Vully
  5. Avenches, ville romaine et médiévale
  6. Retour à Givisiez (ou Fribourg)
  7. Tracé GPS en format gpx

Le 27 mai dernier j’ai eu envie de refaire ce tour de longueur moyenne (70 km) qui permet de découvrir une grande variété de paysages: les hauteurs du lac de Schiffenen, la campagne vallonée du district du Lac puis une superbe vue sur le lac de Morat et le Mont-Vully avant de finir dans la cité romaine d’Avenches, ex-capitale de la Suisse sous l’empire romain.

Un manoir du XIIIe siècle

Cette boucle de 70 km débute et se termine à Givisiez, à côté de Fribourg. Pour le tracé exact du parcours, on se fiera à sa trace GPX.

Arrivé à Pensier, on suit la route cantonale sur quelques centaines de mètres avant de prendre la bifurcation vers Barberêche. S’ensuit une montée assez intense jusqu’au château du Petit-Vivy érigé au XIIIe s.

Le château du Petit-Vivy (XIIIe s.)

On quitte alors l’itinéraire cyclable 32 pour rejoindre le no 59 qui nous mènera jusqu’à Morat (Murten en allemand). En arrivant à Cordast, on entre sans s’en apercevoir dans la zone germanophone du canton de Fribourg: les villas sont pimpantes et les jardins bien entretenus.

Après Gross-Guschelmuth on descend vers le ruisseau Bibera qu’on longe jusqu’à Cressier. On monte dans ce joli village historique jusqu’à l’église Saint-Jean-l’Evangéliste (1402) rebâtie de 1841 à 1844.

Villars-les-Moines et son château

Le Château de Villars-les-Moines (Münchenwiler) côté jardin
Le Château de Villars-les-Moines (Münchenwiler) côté cour

En continuant à suivre l’itinéraire 59 on passe immanquablement devant le superbe château de Münchenwiler (Villars-les-Moines en français) qui fait désormais office d’hôtel de luxe. Située sur le versant sud du lac de Morat, la commune constitue une enclave bernoise germanophone dans le canton de Fribourg.

Morat la charmeuse

Quelques kilomètres plus loin on est frappé par la superbe vue à 180 degrés qui s’offre au cycliste méritant: au premier plan la ville et le lac de Morat, au second le Mont-Vully et au troisième la chaîne du Jura.

Au centre Morat, son lac, à droite le Mont-Vully, derrière le Jura
Morat, son lac, au centre le Mont-Vully, derrière la chaîne du Jura

Le temps de prendre quelques photos et on entame la descente jusqu’à la route nationale qui coupe notre chemin. On la traverse tout droit puis on monte jusqu’à la magnifique porte fortifiée de la ville.

Morat, la Porte de Berne (côté est)
Grand-Rue de Morat avec la Porte de Berne (côté ouest) au fond

A ce stade, on à le choix entre plusieurs possibilités:

  • flâner dans la Grand-Rue
  • profiter de la vue depuis la terrasse de l’église (ou temple ?) et du château
  • se rendre jusqu’à la magnifique piscine au bord du lac (ouverte par tous les temps)
Le château de Morat

Pour ma part, j’ai choisi de descendre vers le port de plaisance et de traverser le charmant faubourg médiéval en direction de l’est, toujours en suivant l’itinéraire balisé. Désormais, on suit l’itinéraire 480 « Tour du lac de Morat » de l’incontournable site « La Suisse à Vélo« .

Juste après la station d’épuration de la ville, il ne faut pas rater la bifurcation à gauche et suivre le chemin qui s’enfonce dans le Bois du Chablais. On continue en ligne quasi droite vers le nord-ouest et le village de Sugiez connu pour ses succulents « Gâteaux du Vully« .

Le délicieux « Gâteau du Vully » peut se déguster notamment à la boulangerie de Sugiez

Au sommet du Mont-Vully

Le canal de la Broye, Sugiez et le Mont-Vully (651 m)

Après avoir traversé le canal de la Broye, on prend à droite et on pénètre dans le vieux village. Commence alors une montée assez sèche dans les sous-bois qui va nous amener au sommet du Mont-Vully quelque 220 m plus haut.

Vue sur la rive est du lac de Morat depuis le sommet du Mont-Vully

On descend ensuite en suivant la crête qui offre également une jolie vue au nord sur le lac de Neuchâtel. Après quelques kilomètres de descente on arrive dans le charmant village de Lugnorre qui invite à la flânerie et au farniente.

Arrivés à Vallamand-Dessus, on traverse quelques vignobles et on aperçoit déjà l’extrémité ouest du lac de Morat.

Extrémité ouest du lac de Morat

Au bas de la descente, on peut décider d’abandonner momentanément le chemin balisé no 480 pour suivre la route principale sur la droite. On traverse ainsi Salavaux et on peut profiter de ses commerces, notamment sa sympathique petite boulangerie.

L’itinéraire traverse la Broye qui donne aussi son nom à la région

En traversant la Broye en direction d’Avenches, on retrouve l’itinéraire 480 qui offre, ô rareté, une piste cyclable et pédestre bidirectionnelle (attention!) séparée de la route par une bande herbeuse.

A la hauteur du Camping d’Avenches-Plage, trois possibilités s’offrent au cycliste:

  • tourner à droite et aller se baigner à la plage publique du camping
  • continuer tout droit et retourner à Morat
  • tourner à droite et visiter la ville historique d’Avenches

Avenches, ville romaine et médiévale

En tant qu’amoureux des vieilles pierres, nous avons opté pour cette dernière option et ne l’avons pas regretté tant Avenches à de choses à offrir! Et ceci, quels que soient les goûts en matière de culture et d’animations.

L’entrée du château construit à la fin du 13e siècle par les évêques de Lausanne
Les arènes romaines à l’occasion de l’opéra estival
Les arènes comme on les aperçoit en dehors de la période estivale
Buste en or de l’empereur Marc-Aurèle visible au Musée Romain de la ville

Au 1er siècle apr. J.-C, la ville romaine d’Aventicum était la captiale de l’Helvétie romaine et elle comptait environ 20’000 habitants. Aujourd’hui, c’est une bourgade endormie de 4500 habitants qui se réveille à la belle saison lorsque les touristes viennent voir son glorieux passé dont il reste heureusement pas mal de traces:

  • l’amphithéâtre du centre-ville
  • un théâtre situé au sud de la ville actuelle, mais visible en tout temps
  • les thermes du forum
  • la Porte de l’Est, une partie du mur d’enceinte et la Tour Tornallaz qui comptait pas moins de 72 alter égo à l’époque romaine

Depuis l’ouverture du centre commercial Milavy aux pieds de la colline où se trouve le bourg romain et médiéval, le centre-ville d’Avenches souffre énormément. Beaucoup de cafés et de commerce ont déjà fermé et la tendance ne devrait pas s’inverser à court terme…

L’Hôtel de ville (mairie)

Il n’en demeure pas moins qu’il reste agréable d’y flâner et d’admirer ses innombrables façades en pierre de taille bien entretenues. Car, à défaut d’attirer des clients pour ses commerces, le noyau historique offre quelques bijoux immobiliers rendus encore plus attractifs par la construction de l’autoroute A1 (Lausanne-Berne) ouverte au début du siècle.

L’Auberge de la Couronne

Retour à Givisiez (ou Fribourg)

Le retour à Givisiez (ou Fribourg) se fait en suivant l’itinéraire 99 depuis la Grand-Rue. On descend la colline en direction de l’ouest et arrivé au premier rond-point, on bifurque à gauche.

Jusqu’à Domdidier, la voie cyclable est parallèle à la route principale et offre une jolie vue sur la pleine de la Broye. A partir de Russy, notre itinéraire abandonne le parcours balisé histoire de ne pas faire un trop grand détour.

Depuis Léchelles, nous avons suivi la route cantonale jusqu’au rond-point situé au coeur de Belfaux. Là, nous sommes partis à droite pour arriver à Corminboeuf, avant-dernier village avant l’arrivée.

2 commentaires sur « Givisiez-Avenches par le Mont-Vully »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s