Freiburg im Breisgau (1)

Durant le long week-end pascal, nous avons visité la magnifique ville allemande de Freiburg im Breisgau (Baden-Würtemberg).

Coeur historique de Freiburg en revenant du Schwabentor (porte de Souabe)

Située à quelques dizaines de kilomètres de Bâle (Basel), cette ville est facilement accessible en train.

Bien qu’en grande partie détruite en 1944 par les bombardements alliés, la ville n’en laisse rien paraître. En effet, elle a été reconstruite à l’identique avec beaucoup de goût. Voyez plutôt.

La place de l’hôtel de ville (Rathausplatz)

La partie historique débute à environ 300 mètres de la gare en direction de l’est. Après avoir remonté quelques rues commerçantes avec très peu de trafic, on arrive sur la place de l’hôtel de ville (Rathausplatz).

L’hôtel de ville (Rathaus)

Nous sommes arrivés dans la zone historique de Freiburg. L’office du tourisme de la ville se trouve dans l’hôtel de ville et certains employés parlent même le français!

En face se trouve une jolie place piétonne avec une belle fontaine bordée par la terrasse d’un glacier (Eiscafé Lazzarin) qui représente ici une véritable institution. On trouve d’ailleurs la « maison mère » près de la cathédrale.

La fameuse terrasse de l’Eiscafé Lazzarin avec l’église St-Martin

Le quartier commerçant

En remontant la Rathausgasse, on arrive à la Kaiser-Joseph-Strasse qui est l’artère commerçante de Freiburg. On y trouve à peu près toutes les grandes surfaces et autres enseignes (Esprit, Nespresso, T. Hilfiger, Kaufhof, Läderach…)

Deux possibilités s’offrent alors au promeneur: continuer tout droit jusqu’à la cathédrale et sa place du marché monumentale, ou partir sur la droite en suivant la ligne du tram jusqu’au Martinstor, la Porte de Martin. Nous avons opté pour cet itinéraire et ne l’avons pas regretté!

Le St. Martinstor ou la Porte de Martin

Se restaurer sans se ruiner

En effet, à main droite de la tour, entre les magasins Salamander et Olymp, commence la Niemensstrasse. Cette ruelle est bordée de charmantes terrasses et on y trouve de petits restaurants pour tous les goûts: brasseries traditionnelles allemandes, glacier, resto végétarien, sandwicheries, resto asiatique…

Pour notre part, nous avons mangé à l’Euphrat, un excellent fast food oriental qui fait incontestablement les meilleurs falafels de la ville!

Parfaitement restaurés, nous sommes revenus vers la Porte de Martin et là nous n’avons pu qu’admirer le magnifique bâtiment de la Badische Zeitung, le quotidien local.

Bâtiment de la Badische Zeitung, le quotidien local

Nous sommes ensuite passés sous la porte et, sur notre gauche, nous avons découvert la cour de la magnifique brasserie art nouveau Martin’s Bräu.

La brasserie art nouveau Martin’s Bräu.

Quelques mètres plus bas, à l’angle de la Kaiser-Joseph-Strasse et de Gerberau, on trouve un bel ensemble architectural des XIXe et XXe siècles étonnamment conservés (ou reconstruits ?) après les bombardements intensifs de 1944.

Bâtiments à l’angle de la Kaiser-Joseph-Strasse et de Gerberau

Freiburg après le bombardement de novembre 1944

Pour celles et ceux qui aimeraient voir des photos d’époque prises durant l’hiver 1944-1945, le site www.historisches-freiburg.de représente une source d’information de première main.

Le quartier bobo

Nous sommes ensuite remontés la Gerberau, une rue très fréquentée en raison des jolies boutiques qui la bordent. Ici, point de snobisme, mais juste des commerçants qui semblent encore pouvoir vivre en vendant des produits parfois uniques, mais toujours de qualité.

La rue Gerberau bordée de cafés et de boutiques plutôt bobo

Un restaurant à oublier

Le soir, nous avons mangé dans le restaurant indien Jaipur qui se trouve au milieu de la rue côté nord. Le joli décor nous avait attiré. Hélas, après avoir attendu une vingtaine de minutes pour recevoir nos boissons, nous avons compris (un peu tard) que le service n’était manifestement pas professionnel. Quant aux plats reçus après une heure d’attente (le restaurant n’était occupé qu’à 50%…), nous déconseillons les assiettes végétariennes fades et sans aucune fantaisie. Les mets à la viande étaient corrects, mais pas inoubliables.

Un commentaire sur « Freiburg im Breisgau (1) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s